Programmation culturelle

Centre Jacques Brel

Conférence en Histoire de l’Art animée par Catherine Koenig, conférencière nationale

 

 

Samedi 28 janvier 2023 à 14h30

 

Images de l’animal dans la peinture européenne
Monstres – fauves – exotiques – familiers

 

La représentation de l’animal dans l’art pictural en dit beaucoup sur notre rapport au monde et sur les modes de relations entre l’humain et l’animal.
Dans la Genèse, Dieu donne tout pourvoir à l’homme afin qu’il nomme et domine les animaux. Puis vers le XVe siècle, la crainte du diable fait surgir des images fantastiques de monstres démoniaques où se mêlent les différents règnes, batraciens, reptiles, mammifères et humains. Lors des grandes découvertes, les hommes des temps modernes piqués de curiosité et de la volonté d’exploiter les ressources animales vont faire des inventaires qui rempliront les cabinets de curiosités. Mais l’animal noble est aussi un emblème de force et de puissance, le lion, l’aigle, l’ours se retrouvent dans les armoiries, les tableaux de chasse. Puis, les Lumières chercheront à comprendre les mécanismes internes de l’animal. Vaucanson fabriquera un canard qui cancane et pond des oeufs. Puis, au XIXe siècle, les peintres représenteront les animaux de la ferme, les boeufs au labour, les moutons et leur bergère en une pastorale nostalgique au temps de l’exode rural. Au XXe siècle, le monstre ne ferait-il pas surface dans les créatures hybrides des Surréalistes ou dans certaines oeuvres d’art contemporain ?

 

Dans la limite des places disponibles – réservation au 03 82 56 12 43 ou à l’adresse contact@centre-jacques-brel.com 

Photo : « La création des animaux » – Le Tintoret

 

Samedi 11 mars 2023 à 14h30

 

Animal domestique – sauvage – doudou
Images de l’animal à l’époque contemporaine

 

Au XIXe siècle, siècle de l’exode rural et de la Révolution industrielle, la représentation des animaux a connu un grand essor. C’était à cette époque que se sont multipliées les comices agricoles, célébrant les nouvelles races d’animaux d’élevage et le désir nostalgique de la vie de la ferme. Mais le XIXe siècle est aussi le temps de l’exploration scientifique et de la classification des espèces. La théorie de Darwin va bouleverser notre rapport à l’arbre phylogénétique. Nous sommes désormais placé sur la branche des grands singes.
Au XXe siècle, nous perdons peu à peu tout lien direct avec les animaux d’élevage, on achète sa viande en barquette, les oeufs sont calibrés, le lait est en brique, le poisson est pané. Mais ressurgissent les fantasmes de la bête sauvage quand reviennent loups et ours, fantasme qui dit beaucoup sur notre rapport imaginaire à l’animal. Et dans nos vies se multiplient les amours débordantes envers nos animaux de compagnie, chat, chien et autres bestioles considérées comme nos enfants doudou. Des enfants merveilleux et idéaux qui sont entièrement dépendant de nous qui révèle notre sentiment de toute puissance envers les bêtes. Mais aujourd’hui, alors que l’Humain est considéré comme un prédateur nuisible et responsable de la disparition de milliers d’espèces, comment allons-nous réinventer nos rapports à l’animal ?

 

Dans la limite des places disponibles – réservation au 03 82 56 12 43 ou à l’adresse contact@centre-jacques-brel.com 

Photo : « Labourage nivernais » – Rosa Bonheur

Pin It on Pinterest